Accéder au contenu principal

Rescrit d'Hispellum de Constantin (335)


Rescrit d'Hispellum de Constantin, autorise, en 335, cette cité italienne à élever un temple à sa famille et à consacrer des jeux de gladiateurs à sa personne :

« L'empereur César Flavius Constantin, Très Grand, victorieux des Germains, des Sarmates, des Goths, vainqueur, triomphateur, Auguste, Flavius Constantin, Flavius Julius Constance et Flavius Constant:

Tout ce qui protège la société du genre humain, nous l'embrassons par la pensée de préoccupations qui nous tiennent sans cesse éveillés, mais l'objet principal de notre prévoyance est de faire en sorte que toutes les villes que leur éclat et leur beauté distinguent aux regards de toutes les provinces et de toutes les régions, non seulement conservent leur ancienne dignité, mais encore soient promues à une situation meilleure par l'effet de notre faveur. Donc, comme vous affirmiez être liés à la Tuscie en telle manière que, en vertu d'une antique tradition, sont chaque année élus par vous et par les susdits Etrusques des prêtres qui donnent à Volsinies, cité de Tuscie, des jeux scéniques et des combats de gladiateurs, mais comme, à cause de la hauteur des montagnes et des difficultés d'un chemin à travers bois, vous demandiez avec instance, comme remède à cet état de choses, qu'il fût accordé à votre prêtre de n'être plus obligé de se rendre à Volsinies pour célébrer les jeux, c'est-à-dire, que nous donnassions à la cité qui porte à présent le nom d'Hispellum et qui, ainsi que vous le mentionnez, est voisine et toute proche de la voie flaminienne, une dénomination tirée de notre nom, que dans cette cité se dressât un temple de la famille Flavia, construit magnifiquement comme il convient à la grandeur de cette appellation, et que le prêtre qu'annuellement donnerait l'Ombrie présentât en ce lieu même un spectacle composé à la fois de jeux scéniques et de combats de gladiateurs, cependant qu'en Tuscie se conserverait la coutume pour le prêtre élu là-bas de célébrer selon l'habitude à Volsinies les spectacles de représentations déjà indiquées — , nous avons aisément accordé notre consentement à votre prière et à votre désir. Nous avons en effet accordé à la cité d'Hispellum une dénomination éternelle et Un nom vénérable tiré de notre appellation, de telle sorte qu'à l'avenir la susdite ville portera le nom de Flavia Constans: nous voulons qu'en son sein soit menée à bonne fin, et magnifiquement, la construction d'un temple en l'honneur de la famille Flavia, c'est-à-dire de la nôtre, comme vous le désirez, mais à la condition expresse qu'on prenne soin que le temple consacré à notre nom ne soit souillé par les fraudes de nulle superstition contagieuse; en conséquence, nous vous avons aussi donné l'autorisation de faire procéder à des représentations dans la dite cité, en telle sorte évidemment que, comme il a été dit, périodiquement des représentations solennelles ne fassent pas défaut non plus à Volsinies, où les cérémonies plus haut mentionnées doivent être célébrées par les prêtres élus en Tuscie. De la sorte, en effet, il apparaîtra qu'on n'a point beaucoup porté atteinte à d'anciennes institutions, et vous, qui vous êtes présentés à nous en suppliants pour les raisons précédemment indiquées, vous vous réjouirez d'avoir obtenu ce que vous avez instamment demandé. »

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Concile de Laodicée Principaux canons -364-

Canon 6 Interdit l'entrée dans les églises aux hérétiques obstinés. Canon 9 Défend aux fidèles d'aller au cimetières et aux églises avec des hérétiques et d'y prier avec eux et à y demander la guérison à leurs prétendus martyrs. Canon 11 Défend de donner des responsabilités aux femmes dans l'Église et dans les assemblées. Canon 29 Il n'est pas propre pour les chrétiens de judaïser en chômant le Sabbat, mais ils doivent travailler en ce jour ; ils doivent se reposer le dimanche comme les chrétiens, préférant ce jour s'il veulent. Sous peine d'anathème. Canon 30 Défend aux chrétiens de se baigner avec les femmes, d'autant que cela est même condamné chez les païens. Canon 31 Défend aux parents de donner leurs enfants en mariage à des hérétiques, à moins qu'ils ne promettent de se faire catholiques. Canon 35 Il ne faut pas que les chrétiens quittent l'église de Dieu pour aller invoquer les anges et faire des assemblées défendues. Si donc

Edit de de Sardique de l'empereur Galère en 311

En 311, Atteint d’une maladie particulièrement douloureuse et craignant une vengeance du Dieu des chrétiens, L’empereur Galère ,   promulgue le jour de sa mort l’édit de de Sardique reconnaissant l'existence de la religion chrétienne et renonçant au culte de l’empereur.   « L'Empereur César Galérius Valère Maximien, Invincible, Auguste, Souverain Pontife très grand, Germanique très grand, Egyptien très grand, Thebaïque très grand, Sarmatique très grand cinq fois, Persique très grand deux fois, Carpique très grand six fois, Arménique très grand, Médique très grand, Adiabénien très grand, de puissance tribunicienne vingt fois, impérator dix-neuf fois, consul huit fois, père de la patrie, proconsul. Et l'Empereur César Flavien Valère, Constantin, pieux, heureux, invincible, Auguste, Souverain Pontife très grand, de puissance tribunicienne, imperator cinq fois, consul, père de la patrie, proconsul. « Entre toutes les mesures que nous avons imaginées pour l'utilit

Édit de Milan, 313 (d'après Lactance)

«Licinius rendit grâce à Dieu dont le secours lui avait donné la victoire et, le 15 juin de l'année où lui-même et Constantin étaient consuls pour la troisième fois, il fit afficher une lettre circulaire adressée au gouverneur [de Bithynie], concernant le rétablissement de l'Église. La voici: «Moi, Constantin Auguste, ainsi que moi, Licinius Auguste , réunis heureusement à Milan, pour discuter de tous les problèmes relatifs à la sécurité et au bien public, nous avons cru devoir régler en tout premier lieu, entre autres dispositions de nature à assurer selon nous le bien de la majorité, celle sur laquelle repose le respect de la divinité, c'est-à-dire donner aux chrétiens comme à tous la liberté et la possibilité de suivre la religion de leur choix, afin que tout ce qu'il y a de divin au céleste séjour puisse être bienveillant et propice à nous-mêmes et à tous ceux qui se trouvent sous notre autorité. C'est pourquoi nous avons cru, dans un dessein salut